Les états non ordinaires de conscience

Les états non ordinaires de conscience

Dans le chamanisme, il est d’usage de recourir à des méthodes induisant la transe (demi conscience) afin de favoriser la communication avec les Esprits.

Les chamans utilisent ces états pour favoriser les voyages astraux (se rendre dans le monde des esprits avec sa conscience immatérielle) afin d’apprendre des esprits les remèdes par les soins naturels (guérisons spirituelle), de rencontrer des disparus et de développer leur connaissance spirituelle. Ces états non ordinaires permettaient également aux indigènes de cultiver l‘intuition et de favoriser les perceptions extrasensorielles et enfin de rencontrer tous types d’entités et de se familiariser avec l’au-delà

1. Classification des ondes cérébrales

Ondes gamma : 65 Hz à 25 Hz, activité mentale intense et synchronisée, apprentissage, création.
Ondes bêta : 13 Hz à 25 Hz, correspondent à l’éveil et à l’activité courante.
Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, représentent la relaxation légère et de l’éveil calme.
Ondes thêta : de 4 à 8 Hz, correspondent à la relaxation profonde, de méditation profonde.
Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêve. Perte de la notion du temps.

Etats non ordinaires de conscience
États non ordinaires de conscience

Les états non ordinaires de conscience

Les chamans accèdent à d’autres états de conscience que l’on peut qualifier d’“états altérés” ou encore “modifiés”, ou encore de manière plus spécifique d“état de conscience chamanique” et encore d'”état de conscience supérieure”.

En s’engageant dans la pratique chamanique, on passe de ce que j’appelle un État de conscienceordinaire (ECO) à un État de conscience chamanique (ECC) Ces états de conscience permettent decomprendre, notamment, ce qu’entend Carlos Castaneda lorsqu’il parle de « réalité ordinaire » et de « réalité non ordinaire ».

“La Voie du Chaman”-Mickael Harner

Cet état spécifique suggère que l’individu se trouve en demi conscience matérielle, c’est-à-dire que son niveau de conscience habituelle est légèrement endormie et que la conscience immatérielle et subconscient sont davantage accentués. Cela permet ainsi aux individus qui en sont confrontés de “libérer leur esprit hors de leur enveloppe charnelle” et d’atteindre une “réalité non ordinaire”, les “mondes astraux” où vivent les “esprits”, source de connaissance et de pouvoir. Cette connaissance est en rapport avec celle enseignée par les “esprits”. Toutes sortes d’esprits : ceux de la nature, des minéraux, des éléments, des végétaux et des animaux.

“Le chaman (ou la chamane) est investi(e) d’un esprit qui lui confère des pouvoirs. Un caractère méditatif et introverti et des crises chamaniques (telles que voyages astraux) sont considérés comme des prédispositions, voire des signes que l’on est chaman.En ce qui me concerne, je suis introvertie et empathique, et j’ai voyagé en astral sans apprendre. Ce don, dans le chamanisme est un signe que l’on a été missionné par les Esprits pour être leur intermédiaire et agir auprès des hommes. Hélas, dans notre culture occidentale, peu de gens savent s’en rendre compte, et la société ne les aide pas pour ça. C’est pourquoi, si vous aussi, vivez ces phénomènes, il est probable que vous soyez investi d’une mission spirituelle.Pour le savoir, faites appel à un médium plus expérimenté que vous (car être choisi par les esprits ne signifie pas pour autant que vous êtes prêt, il vous faudra maintenant être initié quelques années par les Esprits avant de pratiquer officiellement.) afin qu’il puisse réaliser une séance médiumnique pour vous et interroger les esprits sur votre situation.”

Lilith donkere Hel

La force et le pouvoir du chaman vient de son alliance avec les esprits, qu’il peut invoquer à tout moment. Le chaman est ainsi un “intermédiaire des esprits et des hommes”, il est médium, et grâce à leur enseignement, il est aussi capable de guérir avec les énergies spirituelles, ce qui fait aussi de lui un sorcier et un guérisseur, et également un devin, car les esprits lui transmettent des prophéties.

Un sorcier (ou une sorcière-médium) est un chaman(e). Dans la culture occidentale on parle davantage de sorciers ou mages, pourtant, les sorciers et sorcières médiums sont avant tout des chaman(es).

Les cultures indigènes estimaient hautement les états non ordinaires de conscience et dépensaient beaucoup de temps et d’énergie à développer des moyens sûrs et efficaces de les induire. Elles avaient très vite compris l’importance des ces états psychotropes pour améliorer leur vie quotidienne et évoluer spirituellement. Elles savaient qu’il existait des esprits partout autour de nous, bien plus intelligents que les êtres humains qui leur permettraient de mieux comprendre et appréhender la nature humaine et aussi de développer leurs capacités paranormales afin d’acquérir les dons de prophétie, de communication spirite (avec les différentes esprits), de guérison spirituelle avec les énergies des règnes minéraux, végétaux, animaux et humains par le magnétisme (ressentir les énergies propres à ces éléments), et de communiquer avec leurs esprits (esprits des animaux, des plantes, des minéraux), mais aussi avec les éléments (terre, eau, air et feu), et leurs esprits (gnomes, ondins, sylphes et salamandres) car tous les êtres humains sont dominés par un ou plusieurs de ces derniers, et il est important de bien les connaître pour déterminer la nature physiologique de chaque homme.

Les méthodes qu’utilisent les chamans pour induire la transe

Transe
Transe

Parmi les méthodes utilisées pour induire la transe, on trouve :

 

Le tambourin

Tambour chamanique
Tambourin chamanique

Nombreux sont les chamans à utiliser les sons percussifs et monotones des tambours pour entrer en transe. Quelques minutes suffisent pour y parvenir. Le battement régulier et monotone du tambour agit comme une onde porteuse, d’abord pour faciliter l’entrée du chaman en transe, puis pour le soutenir dans son voyage spirituel. Lorsque celui-ci s’arrête, le chaman revient à son état normal.

Le son répétitif du tambour est fondamental pour l’accomplissement des activités chamaniques en état de conscience non ordinaire. Les Sibériens et d’autres chamans désignent parfois leur tambour sous le nom de cheval ou de canoë qui les transporte dans le Monde d’en bas ou le Monde d’en haut.

L’importance du tambour en tant que monture ou coursier est illustrée parces vers chamaniques des Soyot (Tuva) de Sibérie :

“Tambours chamaniques

Ô mon tambour multicoloreToi qui te tiens devant moi !

Ô mon joyeux tambour peint

Toi qui te tiens ici !Que ton épaule et ton cou soient forts.Écoute, ô écoute mon cheval – toi biche nordique !

Écoute, ô écoute mon cheval – toi ours ! Écoute, ô écoute toi [ours] !

Ô tambour peint qui te tiens devant moi !

Mes montures – cerf et biche nordiques.

Sois silencieux tambour sonore,

Tambour recouvert de peau,

Exauce mes souhaits.

Comme les nuages virevoltant, transporte-moi
À travers la terre du crépuscule

Et sous le ciel de plomb,

Emporte-moi comme le vent

Au-dessus des cimes des montagnes!”

Des recherches en laboratoire menées par Neher ont démontré que le son du tambour produit des changements dans le système nerveux central. La stimulation rythmique affecte l’activité électrique dans de « nombreuses zones sensorielles et motrices du cerveau qui ne sont ordinairement pas affectées, par l’intermédiaire de leurs connexions avec la zone sensorielle stimulée »

C’est d’ailleurs pour cette raison que la musique moderne “techno” produit également la transe, car elle comporte, comme le tambour, des rythmes répétitifs percussifs et souvent monotones (dont le style de la trance & la goa y apportent également des mélodies psychédéliques).

La danse

Danses chamaniques                                                           Danses chamaniques

La danse, accompagnée du tambour, est la méthode la plus employée par les chamans, afin d’atteindre un état de conscience chamanique suffisant pour faire cette expérience. Ainsi, comme le précise Mickael Harner dans son livre “La Voie du Chaman”, l’initiation des chamans chez les Indiens Carib du nord de l’Amérique du Sud comporte une danse de nuit durant laquelle les néophytes se meuvent en imitant les mouvements des animaux. Cela fait partie du processus visant à apprendre à se transformer en animal. De même, chez les Salish de la côte nord-ouest d’Amérique du Nord, la danse d’hiver offre l’opportunité à un individu de fusionner consciemment avec son animal de pouvoir.
Les chamans de la côte nord-ouest d’Amérique du Nord pratiquant de telles danses portaient souvent un masque et un accoutrement spécial, destinés à augmenter leur fusion avec les animaux de pouvoir.

C’est pourquoi d’ailleurs, on voit de nombreuses tribus se déguisent en animal. Cela leur permet non seulement de communiquer plus aisément avec l’esprit des animaux, mais également d’aller à la rencontre de leurs animaux de pouvoir.

« L’esprit du danseur trouve son expression dramatisée dans les pas, le tempo, les mouvements, les mimiques et les gestes de la danse ; dans la cadence furtive se changeant en bonds volants du guerrier hurlant férocement, ou dans le trot oscillant de la mère ours dodue murmurant tristement ;dans les contorsions élastiques et reptiliennes du serpent à deux têtes dans le lézard qui verse des larmes sur sa progéniture dévorée, ou dans la puissante baleine qui avale des poissons plus petits. »

“La voie du Chaman”- Mickael Harner.

Le chant

Chants chamaniques
Chants chamaniques

 

Avec la danse, le chant permet également d’induire la transe. Les chamans imitent souvent des animaux en chantant et dansant sous les rythmes acidulés des tambours et des hochets.

Désormais, la technologie moderne permet d’atteindre ces états non ordinaires de conscience au moyen de pulsations sonores émises directement dans les oreilles, permettant d’accélérer ou de ralentir les ondes cérébrales en fonction du résultat recherché. Par exemple, afin d’améliorer la qualité de détente et favoriser le sommeil, on incite le cerveau à ralentir le rythme de ses ondes, qui pourrait graduellement passer de 14 à 4 Hz. C’est ce que propose notamment la société Hemi-Sync, créée dans les années 2000 par Robert Monroe, riche homme d’affaire ingénieur du son tourné vers la parapsychologie, qui décida de créer des audio-guides comprenant des ondes alpha, thêta ou delta destinés à induire des états de conscience particuliers, comme la méditation. Un de ses CD propose d’améliorer les fonctions cérébrales, la circulation sanguine ainsi que l’activité électrique du corps ; un autre de favoriser l’élimination des addictions.

Source : Université de Paris Descartes. Article site ici.

Les chants de pouvoir favorisent les états non ordinaires de conscience. Ils sont très utilisés par les chamans pour compléter la danse et le tambour.

A titre d’exemple, voici un chant de pouvoir chamanique utilisés par les Jivaro :

J’ai des esprits,

Des esprits m’ont.

J’ai des esprits,

Des esprits m’ont.

J’ai des esprits,

Des esprits m’ont.

Moi, Moi, Moi. Mes esprits

Sont comme des oiseaux,

Et les ailes

Et les corps sont des rêves.

J’ai des esprits,

Des esprits m’ont.Moi, Moi, Moi

On répète généralement 3 fois ce chant.

“La voie du Chaman”-Mickael Harner.

La méditation

Méditation chamanique
Méditation chamanique

La méditation est également très utilisée pour parvenir à la concentration et à la demi conscience. Parce qu’elle calme et apaise l’esprit, elle permet d’atteindre un état supérieur et de développer sa conscience spirituelle. Dans le chamanisme, cet état passe par la “source”. La source signifie le sans Nom, l’Ineffable, Dieu, la Conscience Suprême, le Grand Esprit, l’Amour Absolu… Le chamanisme n’étant pas une religion, mais un “art de vivre”, il appartient à tout un chacun de la nommer selon ses désirs et éventuellement sa religion ou philosophie. Dans la Wicca (proche du chamanisme), nous avons décider de la nommer double déité Père-Mère, dont chaque tradition choisie le couple Divin selon ses préférences culturelles. Dans notre tradition Luciferanne (Wicca lucifera), nous la nommons “Lucifer-Inanna” (dans la Wicca luciférienne, on la nomme “Lucifer-Lilith”). Il appartient à vous de la nommer comme vous le souhaitez. Le but est d’être spirituel pour acquérir la sagesse et non pour faire du prosélytisme. La tolérance est une notion fondamentale à toute religion qui se respecte.

Le but de la méditation sera d’atteindre la Source, en faisant le vide, ou en se concentrant sur quelque chose de spécifique.

Elle permet aussi d’améliorer la communication avec son guide spirituel, car tous les chamans ont un guide avec eux. Avec qui ils entretiennent une relation intime, presqu’amoureuse.

La respiration

Respiration holotropique
Respiration holotropique

 

Modifier sa respiration est une pratique également utilisée par les chamans. Certains types de respiration permettent en effet d’atteindre la transe.

Le Docteur Stanislaf Grof, (psychiatre, chercheur et érudit, mondialement reconnu pour ses travaux innovateurs sur la conscience humaine et les états non ordinaires de conscience) créa la “respiration holotropique”, fondée sur respiration profonde avec des musiques spécifiques et un travail corporel personnalisé. Cette pratique induit volontairement la “transe”.

Le mot « holotropique », du grec « holos », tout, et « trepein », qui se dirige vers, signifie littéralement « qui mène à la totalité, à la complétude ».

La Respiration Holotropique se pratique en groupe, chaque expérimentateur, ou « respirant », étant allongé sur un matelas et disposant d’un accompagnateur spécialisé dans cette pratique corporelle.

La pratique d’une respiration très approfondie et accélérée sur fond de musiques évocatrices spécifiques permet d’expérimenter très spontanément et aisément un état de conscience dit « holotropique » (ou élargi) où chaque opérateur est connecté dans un voyage intérieur qui lui est propre. Ceci active son potentiel de guérison de l’âme et de l’esprit.

“Améliorer positivement et durablement un état d’être insatisfaisant ou pathologique implique de devenir conscient de ses causes profondes, à la fois biologiques, psychologiques, et parfois existentielles ou spirituelles.”

Patrick Baudin Conseil en Santé et en Écologie Humaine, Thérapeute, Docteur en Médecine de formation.

Le but de chacun est de se mettre à l’écoute de ce qui se passe au plus profond de son inconscient corporel et psychologique grâce à cette méthode de respiration spécifique, qui permet d’activer les énergies et les mouvements aux endroits figés par le corps de la personne où sont restés bloqués les traumatismes anciens ou récents. Que le trauma soit à l’origine physique ou psychique importe peu, car ces deux dimensions sont peu dissociées.

La respiration holotropique permet de se connecter au plus profond de son être et de prendre “conscience” de ce qui se passe dans “l’inconscient” propre à chacun et ainsi d’améliorer la connaissance de soi et la plénitude holistique de son être.

Les plantes hallucinogènes psychotropes

Plantes psychotropes
Plantes psychotropes

Les chamans se munissent également de substances psychotropes, telles que certaines plantes hallucinogènes, les champignons et les cactus. L’usage de plantes rituels psychédéliques constitue en effet un moyen particulièrement efficace pour induire la transe.

Traditionnellement, les chamans brûlaient des herbes aromatiques et stupéfiantes qui les aidaient à entrer en transe. Les molécules odoriférantes de ces herbes s’échappaient des braises des grands feus allumés pour l’occasion. Lorsque la fumée commençaient à jaillir, les chamans invoquaient leurs génies tutélaires.

En Afrique, des tribus aborigènes ingèrent et inhalent des préparations faites avec l’écorce de l’arbuste eboya (Tabernanthe iboya). Elles utilisent celles-ci en petites quantités comme stimulants, et à de plus forts dosages pour les rituels initiatiques pour hommes et femmes.

Il existe aussi l’ololiuqui, mélange de graines de différentes variétés de Belle de jour (Ipomoea violacea, Turbina corymbosa).

Outre la fumée des herbes aromatiques et stupéfiantes, les chamans utilisaient aussi des boissons comme le noaidi jukhamus, qui est un mélange de cendres de bouleau et d‘eau bouillie, ou encore la rupa cahci, comportant un cocktail d’arêtes et de boyaux de poissons bouillis dans de l’huile de phoque. Il y avait également des boissons préparées à base de chanvre, notamment dans le monde oriental, en Afrique dans un but récréatif et religieux. Après avoir absorbé le contenu d’une marmite de liquide, les chamans dansent et chantent, se jetent à terre, la tête, totalement euphorisée par le cocktail psychédélique. A partir de là, ils se rendent dans le monde des esprits, afin d’apprendre de ces derniers.

La légendaire “potion” divine connue sous le nom d’haoma dans la Perse ancienne, et de soma en Inde, fut utilisée par des tribus indo-iraniennes il y a plusieurs millénaires, et probablement à l’origine de la philosophie et de la religion védiques.

“Pour une psychologie du futur”, Stanislaf Grof

Peyolt
Peyotl

Les plus connues d’entre elles sont le cactus mexicain peyotl (Lophophora williamsii), le champignon sacré téonanacatl (Psilocybe mexicana). Il y a aussi le célèbre yajé ou ayahuasca sur-américain qui est la décoction d’une liane (Banisteriopsis caapi) provenant de la jungle, préparée avec d’autres plantes. L’Amazonie et les îles des Caraibes sont également connues pour une certaine variété de tabac à priser aux propriétés psychédéliques. Ces substances sont surtout utilisées comme sacrement par les Huicholes, les Mazatèques, les Chichimeca, les Cora, et d’autres tribus mexico-indiennes, ainsi que par la Native Americain Church.

Il y a également un champignon fort connu par les chamans de Sibérie, l’Amanite-tue mouches en raison de ses effets psychotropes. L’Amanite était soit directement mastiquée, soit consommée en extrait dans du lait, de l’eau chaude ou du jus de myrtille ou d’épilobe. L’Amanite permet au chaman d’entrer en contact direct avec les esprits. Au nom d’un groupe social auquel il appartient, il engage alors le combat contre les forces maléfiques qui le menacent. Il peut aussi guérir un patient en attirant l’esprit maléfique hors du corps de ce dernier.

Il existe aussi des substances animales que l’on trouve dans les secrétions cutanées de certains crapauds, tel que le Bufo avarius, et également la chair d’un poisson du Pacifique nommé Kyphosus fuscus.

Méthodes alternatives complémentaires

Conscience chamanique
Conscience chamanique

Pour compléter ces méthodes, les chamans ont également recours à la solitude et le jeûne. Ces pratiques augmentent l’état de transe.

Ces méthodes combinaient de nombreuses façons les rythmes des tambours – ou d’autres formes de percutions – , la musique, les chants, les danses, les modifications de la respiration et l’entraînement à certaines formes d’éveil de la conscience. Parfois aussi, les chamans s’isolaient dans des grottes, des déserts, des banquises, des hautes montagnes pour favoriser encore ces états. La solitude permet de s’adonner à la méditation profonde et à l‘introspection personnelle profonde.

Rédaction : Lilith donkere Hel

Les sources : ” Pour une psychologie du futur”, Stanislaf Grof. “La Sauge des Chamans”, Marie Declos. “La voie du Chaman”-Mickael Harner. Université de Paris Descartes.

Beaucoup d’info proviennent également de mes connaissances perso (synthèse de ma culture et des stages effectués auprès de chamans authentiques au Brésil).

Wicca lucifera©2017.

Un don? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Translate »
×
×

Panier