Qu’est ce qu’une sorcière?

Qu’est ce qu’une sorcière?

 

 

C’est une fée que l’on a offensée

Répondait la folkloriste anglaise Katharine Briggs.

De fait, la sorcière est souvent considérée comme une “mauvaise fée“, à savoir une redoutable magicienne versée dans les pires secrets de la magie noire, et initiée à la sciences interdite.

C’est pourquoi on la représente la plupart du temps comme une vieille femme laide et repoussante, avec le nez crochu, les yeux sournois et fuyants, la peau ridée couverte de pustules, la bouche édentée et la voix cassée.

A l’inverse de cette vision de cauchemar, on peut brosser un portrait infiniment plus charmeur de la sorcière: il s’agit alors d’une belle jeune femme élancée, à la peau blanche, aux yeux verts et à l’ample chevelure rousse ou noire n’hésitant pas à se mettre nue pour aller quérir ses plantes magiques dans la rosée matinale ou pour mour.

En faites la sorcière est généralement ensorcelante et mystérieuse. Elle sait fasciner par son regard et envoûter ses sujets.

Quant aux sorciers, ils ne se distinguent pas par leur beauté ou leur laideur, mais grâce à des caractéristiques physiques censées être le “signe” de leur état. Ainsi, tout comme pour les sorcières, on a toujours suspecté les rouquins et porteurs de taches de rousseur d’allégeance avec le Diable, car on disait que leurs cheveux avaient été brûlés par les flammes de l’enfer.

On disait aussi que sont disposés à devenir sorciers ceux qui sont marqués par la lettre B: les bancals, les bossus, les boiteux, les borgnes, les bègues, les bigues, les baveux, les bavards, les bâfreurs et autres buveurs.

Bien entendu, tout cela sont des “superstitions!”, provenant généralement des peureux et des jaloux de toutes sortes, qui les haïssent, mais qui, secrètement, les admire!

D’après les croyances populaires, on est sorcier, sorcière de père en fille et de mère en fille, c’est un héritage. Une vieille femme édentée, mal attifée, aux allures mystérieuses et non banales, passera facilement pour être une sorcière et il faudra s’en méfier. Ceci est vrai. Mais pas forcément…

Généralement, les sorcières savent cacher leur jeu et tromper. Elles sont obligées de faire preuve de discrétion. Cela fait partie de leur sens morale, de leur déontologie. N’oublions pas qu’elles sont expertes dans l‘art de convaincre. Et qu’elles sont mystérieuses et inaccessibles par nature. Néanmoins, pour ceux qui ont étudiés la sorcellerie, ils arriveront sans doute à reconnaître des traits de personnalité et parfois des signes (mais généralement cachés) qui peuvent donner des indices.

En ce qui concerne les gentilles et méchantes sorcières, on peut dire que dans le bien, il y a une part de négatif et dans le mal, une part de positif.  C’est ce qui donne justement cet équilibre. C’est pourquoi, une vraie sorcière, est capable de faire preuve d’équilibre et de sagesse. Et de défouler sa haine, uniquement lorsque cela est vraiment nécessaire. Une sorcière a appris à connaître ses points obscures et à révéler le monstre qui est en elle, comme tout un chacun, au lieu de le cacher ou pire, de le fuir. Elle a réussi à réaliser une profonde introspection sur elle et à affronter l’inconnu. Et à développer ses dons occultes, afin de pouvoir agir sur les énergies de l’univers et de rentrer en communion avec les dieux.De ce fait, elle a acquît, c’est certain, une profonde sagesse. Elle sait aussi se taire, et ne pas se vanter de ses dons et des sortilèges qu’elle aura réussi dans le passé. Elle aura recours à la sorcellerie, lorsqu’il n’y aura aucune issue possible dans sa vie, ou dans celle de ses proches, ou encore de ses consultants si elle a décidé d’en faire son métier. Autrefois, les gens allaient discrètement consulter leur sorcière qui vivait cachée dans une maison au fond de la forêt. Tous avaient recours à la sorcellerie. N’oublions pas que la magie, est l’ancêtre de bien des disciplines (médecine, allopathie…). La magie permettait ainsi de traiter des maladie, de réaliser des accouchements sans difficulté, de recevoir de bonnes cultures, de la chance et de la protection pour son foyer, etc. La sorcière était donc chamane, guérisseuse, devineresse, enchanteresse. Elle endossait tous ses rôles.

Après avoir été pourchassées, souvent à cause du sexisme des hommes qui n’acceptaient pas de voir les sorcières au endosser le rôle de prêtresse, et par la jalousie des autres femmes, les sorcières commencent enfin à retrouver la place qu’elles méritent. Aujourd’hui, grâce à l’information, les gens sont plus cultivés, et commencent à comprendre que les sorcières, contrairement à ce que certains en ont dit ou révélé en parodiant de façon grotesque ses activités supranormales et ses rites, souvent par cupidité et par ignorance, ne sont pas dangereuses ou méchantes. Elles reflètent simplement la nature, qui est, comme elle, sombre et lumineuse à la fois. N’oublions pas que la nature peut être cruelle, mais ne mélangeons, elle n’en est pour autant pas sadique, ni superficielle. De fait, la sorcière est un une créature mi-ange, mi-démon.

C’est pourquoi dans notre école de sorcellerie, nous apprenons à mettre en lumière le négatif et à perfectionner le magnétisme divin, dont est doté chaque créature de ce monde, puisque nous provenons tous de la même énergie universelle.

Article rédigé par Lilith (GPL), sauf intro source: Catherine Quenot.

Tout homme doit trouver le monstre au fond de lui, s’il veut un jour trouver la paix.

Il devra ainsi l’extérioriser pour pouvoir l’évincer.

Proverbe: au-delà du réel.

Rédaction : Lilith donkere Hel.

Wiccalucifera©2014.

 

Note : nous avons changé le nom de domaine de ce blog début 2018, de ce fait, nous avons perdu tous vos likes, n’hésitez pas à reliker !

La sorcière

Grande prêtresse Wiccane luciférienne. Je suis chercheuse en parapsychologie et spiritisme depuis 20 ans, et j'expérimente et me forme en sciences occultes depuis 10 ans. Ce site a pour but de diffuser mon savoir et expériences en ces disciplines qui me passionne.

Laisser un commentaire