L’onguent des sorcières

L’Onguent Magique

 

 

La sorcière pour pouvoir voler, du moins faire déplacer son esprit, notamment pour se rendre aux sabbats, utilisent de l’onguent magique. Cet crème lui permet d’amplifier ses facultés psychiques, D’ailleurs, si les sorcières volent, ce n’est pas grâce à leur balais, qui leur sert uniquement d’élément décoratif. Cette croyance est erronée et provient du Moyen-âge, ou beaucoup de gens étaient ignorants. Mais grâce à ce fameux onguent magique.

En réalité, ce n’est pas leur corps charnel qui vole, mais leur “esprit“. Il s’agit donc ni plus ni moins que de voyages astral (SHC). Et pour leur permettre de désintégrer leur conscience à l’extérieur de leur corps charnel, elles s’enduisent entièrement le corps d’onguent magique après s’être dévêtues.

Apulée, dans l’âne d’or, écrit au II siècle, raconte comment la sorcière Pamphile “ouvrit un certain cabinet, en tira plusieurs boîtes. Ôtant le couvercle de l’une d’elles et en retirant l’onguent, elle se frotta pendant un temps considérable avec les mains, se couvrant de cette huile de la pointe des pieds jusqu’aux cheveux. Puis, après avoir longtemps marmonné à voix basse au-dessus d’une lampe, elle agita les membres avec des gestes saccadés et sautillants, puis, plus doucement, et de petites plumes  vinrent à lui pousser; de grandes ailes s’allongèrent; son nez se durcit et s’incurva en bec; les ongles se réduisirent et devinrent crochus. C’est ainsi que Pamphile se changea en Hibou.”.

Selon Ismaël Mérindol, l’onguent des sorcières est composé d’un savant mélange d’aconit, de jusquiame, de belladone, de mandragore, de ciguë et de nénuphar, le tout mélangé à de la graisse d’enfants morts nés. On dit aussi que cet onguent enfermait un puissant narcotique qui avait la faculté de plonger la sorcière dans une transe hystérique peuplée de visions et d’hallucinations. Elle croyait ainsi s’envoler vers le sabbat, alors qu’elle demeurait chez elle, en état cataleptique. Ainsi, le “vol de la sorcière” n’aurait été qu’une forme de “voyage astral“.

Néanmoins, ceci n’est pas entièrement vraie. Cela était valable pour les sorcières, ou plutôt “pseudo sorcières” pensant être une sorcière et de fait, ayant la capacité à voyager en astral. Il y a toujours eu des personnes croyant avoir un don qu’elle n’avait point, et il y en aura toujours. Ainsi, pour ces pseudos sorcières, cette onguent magique, qui est ni plus ni moins que de la drogue, car il est composé à base de plantes psychédéliques , ne permettait pas à celles-ci de sortir hors de leur corps, si elle n’avait pas à la base cette capacité. car la drogue, rappelons-le ne fait qu’accentuer les qualités ou défauts d’une personne, ainsi que ces capacités psychiques. Si la drogue apportait de tels dons, cela se saurait, ne croyez vous pas? Ainsi, pour des personnes ordinaires n’ayant aucun don paranormal, la drogue (et onguent magique) emmène simplement ses consommateurs vers la trance psychédélique, et leur imagination subjective se matérialise à souhait, en fonction de leur état mental. Mais pour de véritables sorcières, l’onguent magique leur permettait de faciliter la demi-conscience, un état indispensable pour voyager en astral. Et ainsi, facilitait leur désincorporation énergétique, puisque l’éther, est l’enveloppe de la conscience. De même pour les accrocs aux substances addictives, les produits permettent uniquement aux plus sensitifs d’entre eux de communiquer via la télépathie (en rave party par exemple), et de faciliter la symbiose psychique avec leurs camarades. La musique électronique est déjà transcendantale, et mixée avec des la MDMA par exemple, les ravers entrent effectivement en trance, ils sont perchés, heureux, ils planent et leurs rêves semblent se matérialiser. Néanmoins, ils n’ont pas tous la capacité à effectuer la télépathie. La drogue ne fera qu’amplifier une capacité naturelle, présente déjà à l’état latent. Par exemple, Baudelaire se servait de l’opium pour réfléchir sur le monde, composer ses poèmes, ressentir les esprits, d’ailleurs il faisait occasionnellement des séances de spiritisme. Effectivement ce dernier amplifie les sensations, on ressent mieux le monde invisible, mais n’oublions pas que Baudelaire était un un génie à la base. Idem pour Jung, qui utilisait le LSD pour analyser les forces subtiles et l’inconscient de ses sujets. cela lui a été profitable certes, mais uniquement pour deux raisons: la première est qu’il ne faisait pas d’abus (car l’excès ne fait que régresser…), et la seconde était qu’il avait réellement la facultés d’analyse. Enfin, sur produits, il réfléchissait, il avait un délire “intellectuelle”. Quelqu’un qui consommera de la drogue pour raconter des âneries sera encore plus bête, mais quelqu’un qui passera son temps à analyser les gens autour de lui, la répercussion du son sur les autres, leurs émotions… Etc. Aura forcément à la longue l’esprit plus aiguisé. Car il fera “travailler ses cellules” et tout particulièrement la partie “droite de son cerveau”, celle qui est liée au sensitif, à l’émotionnel, à la créativité

Rédaction : Lilith donkere Hel.

Wiccalucifera©2014.

 

Note : nous avons changé le nom de domaine de ce blog début 2018, de ce fait, nous avons perdu tous vos likes, n’hésitez pas à reliker !

La sorcière

Grande prêtresse Wiccane luciférienne. Je suis chercheuse en parapsychologie et spiritisme depuis 20 ans, et j'expérimente et me forme en sciences occultes depuis 10 ans. Ce site a pour but de diffuser mon savoir et expériences en ces disciplines qui me passionne.

Laisser un commentaire