La Sombre Lilith

 

Origines diverses

 

La première mention du personnage de Lilith remonte au mythe Nanne et l’arbre huluppu, relaté dans la tablette XII du mythe Gilgamesh. Cette tablette, qui date de 2000 av. J.-C, a été retrouvée à Ur, cité mésopotamienne, actuellement en Irak, dont serait originaire Abraham selon la tradition de la Torah, de l’Ancien Testament et du Coran. Son texte fut publié en 1930 par C.J. Gadd, du British Museum. C’est le premier texte sumérien retrouvé faisant état d’une ki-sikil (« jeune femme ») lil-là (« aérienne »), parce qu’elle vivait dans un arbre (l’huluppu, assimilé au saule) sur les bords de l’Euphrate. C’est cet arbre que la Déesse Inanna sauva des eaux en le plantant dans son jardin sacré à Uruk. Samuel Noah Kramer qui avait travaillé sur cette traduction du mythe de Gilgamesh, précisait que SIKIL signifiant “Pure” avait le sens de PARFAITE, c’est-à-dire présentant l’absence de tout défaut.

Lilith est donc l’esprit qui vivait dans l’arbre qu’avait croisée la Déesse Inanna (en sumérien) ou Ishtar (en akkadien) sur sa route vers les enfers. Ses principaux attributs sont une chouette, de part et d’autre, deux lions sur lesquels elle se tient, comme sur un trône, et des ailes.

Selon la Kabbale juive, Lilith (en hébreu : lamed, iod, lamed, iod, tav) est la première femme et la première compagne d’Adam, au Jardin d’Eden. Avant Ève. Il s’agit probablement du plus ancien mythe de la révolte féminine.

Selon les rabbins, au commencement (Béréshit) Lilith n’est que l’appellation générique d’une classe de démons femelles.

C’est dans l’Alphabet de Ben Sira que se trouve expliqué le destin de Lilith : elle est tirée de la même terre-glaise qu’Adam (que l’Alphabet appelle Adam-Kadmon) et donc se considère comme son égale. En conséquence, elle refuse de se tenir sous lui quand ils font l’amour, ce qui provoque une dispute. Devant les plaintes d’Adam, Dieu envoie les 3 anges de la Médecine (Snvi, Snsvi et Smnglof), pour essayer de la raisonner. Mais Lilith, s’obstine. Elle est donc celle qui dit non à la fois à la position que lui propose l’homme dans leur couple et à la tentative de réconciliation de Dieu lui ordonnant de se plier au désir de l’homme. Du coup, des ailes lui poussent, et elle abandonne Adam et l’Éden.   Pour la punir, Dieu la condamne à voir tous ses enfants mourir à la naissance. Désespérée, elle décide de se suicider.

Les anges lui donnent le pouvoir de tuer les enfants des Hommes (jusqu’à la circoncision, au huitième jour pour les garçons, et jusqu’au vingtième jour pour les filles). Elle rencontre ensuite le démon Samaël, l’épouse et s’installe avec lui dans la vallée de Jehanum, où il prend le nom d’Adam-Bélial. Pour se venger, Lilith devient le serpent qui provoque la Chute d’Ève.

 Ainsi, la Tradition juive, c’est Lilith, punie par la stérilité, qui pousse Satan, déguisé en serpent, à pervertir Ève en la possédant charnellement. De cette union, naît le premier être humain ombiliqué (doté d’un nombril contrairement à ses parents) : Caïn, qui commet le premier meurtre sur Terre, en tuant Abel, son propre frère.

Comme ses enfants entre-tuent, Adam refuse de coucher avec Ève, ce qui permet à Lilith d’enfanter des nuées de démons avec le sperme d’Adam qui tombe à terre et ce pendant cent trente ans.

 

Visage et Personnalité

 

Dans le Talmud et le Zohar, elle apparaît sous la forme d’une créature démoniaque à visage de femme, dotée d’ailes et portant de longs cheveux. Différents passages du Talmud parlent d’ « un fœtus ailé comme Lilith », on dit encore d’une femme qu’elle « laisse pousser ses cheveux comme Lilith ».
Dans la peinture occidentale, c’est souvent sous les traits d’une superbe femme nue, parée d’une longue chevelure ondoyante, qu’elle est représentée, ses jambes prennent la forme de serpents, et pour couronner sa majesté deux ailes lui confèrent un aspect prodigieux. Une autre image de Lilith, est celle d’une belle femme, coiffée d’une tiare, aux pieds et aux ailes d’oiseau rapace, accompagnée d’une lionne et de chouettes (comme Ishtar).

Moralement comme psychiquement, Lilith fonctionne alternativement comme image du démon sexuel et comme femme fatale, stérile, là où Ève est vue comme la femme docile à l’homme, aussi idéale que génitrice.
Mais Lilith n’était pas qu’une femme, c’était aussi Celle qui savait, surnom qui lui fut donné par Bélial à cause de sa grande intelligence.
Il n’est donc pas étonnant  qu’elle soit considérée comme un équivalent de l’Isis égyptienne, à la fois la plus puissante des dieux du panthéon égyptien, mais aussi archétype de l’Initiatrice, capable de ressusciter son mari, Osiris. Comme Ishtar qui va rechercher son mari Tammuz aux Enfers : mort et résurrection.
En tant que femme supplantée, au bénéfice d’une autre femme, Lilith représente les haines familiales, la dissension des couples et l’inimitié des enfants. Dévorée elle-même par la jalousie, elle tue les nouveau-nés allant jusqu’à les dévorer en s’enivrant de leur sang. Si la garde des mères est trop vigilante, Lilith déterre leurs cadavres, les vidant de leurs entrailles, ne laissant que quelques fétus de paille.

Article rédigé par Clara.

Rédaction : Clara.

Wiccalucifera©2015.

Note : nous avons changé le nom de domaine de ce blog début 2018, de ce fait, nous avons perdu tous vos likes, n’hésitez pas à reliker !

 

Voici un livre très utile sur la Lilith :

La sorcière

Grande prêtresse Wiccane luciférienne. Je suis chercheuse en parapsychologie et spiritisme depuis 20 ans, et j'expérimente et me forme en sciences occultes depuis 10 ans. Ce site a pour but de diffuser mon savoir et expériences en ces disciplines qui me passionne.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Translate »
×
×

Panier